jeudi 1 avril 2010

Trafic de blanche

Comme d'habitude, après une bonne charrette, et comme le veut la saison, je tiens une bonne crêve. Malgré ça, et les caprices de Blogger™, je vais tacher de tenir ce blog à jour et de rattraper le retard que j'ai pris, au niveau du fait divers par exemple…
Donc, voilà pour toi, fidèle lecteur, la belle image parue il y a déjà deux semaines (comme le temps passe) dans la rubrique des faits divers de l'hebdo Actuel.
En ce temps là, il s'agissait donc des aventures douanières d'un passeur de cocaïne, de la sorte qui avale la marchandise. Mais les gabelous au flair acéré et au regard perçant –aidés d'un scanner– ont heureusement mis la main sur le trafiquant et mis un terme à ses activités nuisibles et attentatoires à la réputation du plus beau pays du monde (dont j'apprends à l'instant qu'il a perdu son rang de premier producteur de hashish mondial au profit de l'Afghanistan).
Précision importante, le gaillard appréhendé, non content d'être un sournois récidiviste, est aussi ce qu'il est convenu d'appeler depuis quelques années dans la presse marocaine, un sub-saharien.  Le sub-saharien, fidèle lecteur, est une variété d'humain originaire, comme son nom l'indique, de régions australes situées, par rapport au Maroc, de l'autre côté du Sahara. Le Sahara étant réputé fort aride, il ne saurait-être question de confondre le sub-saharien avec le submarine qui comme chacun le sait est yellow. Alors que le sub-saharien est… hum… enfin, comment dire, le sub-saharien est plutôt… black, voire… noir.

Mais, bien entendu, ravage local* du politiquement correct, il ne saurait-être question de retenir ce critère de couleur pour caractériser le personnage. On ne peut pas non plus se contenter de dire que c'est un africain… En effet, bien que ce soit un secret bien gardé, il semble que la population marocaine dans sa globalité soit, elle aussi, africaine –il se chuchote même que y en a des qui sont plus foncés que d'autres, des marocains. On ne peut pas non plus le qualifier de saharien, puisque, comme nul ne l'ignore, une partie du Sahara est marocain, ce que cet ignoble trafiquant là ne saurait être… Donc, il est sub-saharien, et il faudrait avoir l'esprit sacrément mal tourné pour s'imaginer, qu'au niveau du connotant, il pourrait y avoir là-dessous comme un parfum péjoratif, allons, allons.
Ou alors il faudrait dire des trucs comme quoi le marocain, cet être si singulier, se considèrerait comme un sur-saharien ? Portnawak ! 
Et puis on s'éloigne du sujet, parce que l'important, c'est quand même que ce gars là trafiquait de la blanche ! Qui venait d'ailleurs, à l'ouest, pour aller ailleurs, au nord. 
Chez ceux qui nous prennent pour des sub-méditerranéens, au pif.

*Ah ben en fait, pas que local on dirait (edit 3 avril)
Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...