mercredi 6 juillet 2011

Dounia Moussaâd

Ça fait un bon moment que je ne vous ai entretenu, fidèles lectrice & teur, de la vie tout à fait réelle de mes amis imaginaires. Mais voilà, c'est la fin de l'année scolaire, il y a un parfum de vacances, et hop, il arrive comme ci comme ça que l'on croise une vieille connaissance prenant le frais à l'heure du F'tour au soleil couchant sur la corniche, chez-nous-ici-à-Casablanca.

Dounia, elle est bien sympa. Il y a deux ans, elle a divorcé, à 54 ans. Une décision étonnamment facile à prendre, qui lui est apparue un jour comme une évidence… D'abord, les enfants étaient partis faire leurs études à l'étranger (France et Canada) et elle avait soudainement pris conscience qu'en fait, elle s'emmerdait depuis un bon moment, aux côtés de Si Khalid. Et que non seulement elle s'emmerdait, mais elle avait aucune raison de le faire, à part un vague respect des convenances —et encore ! Ça tenait plus de la flemme que du respect, en fait. Elle était tout à fait capable de s'en sortir financièrement, surtout depuis qu'elle avait pris une participation dans une boite de comm' numérique (enfin un truc dans ce genre là, qui fait imprimeur, tireur de plan, fabrication de sites internet, logos et cartes de visite). En plus, franchement ça lui rapportait du fric sans qu'elle ai besoin d'y foutre les pieds, tout bénef'.
Elle occupe sa quantité de temps libre impressionnante en s'investissant à fond dans des activités associatives, en particulier la défense des femmes opprimées, dans une assoç où jusque là, elle s'était contentée de verser une obole, parce que, quelque part, ça se fait
Bon… le problème, en même temps, c'est que toute ces jeunes femmes séduites, engrossées et/ou battues et abandonnées, elles sont jeunes justement, et que ça se sent, à leur façon de la considérer comme une vieille sage pleine d'expérience. Et que, en plus, les seuls mecs qu'elle croise à l'assoç, et ben justement, ils sont jeunes aussi et tout à fait incultes, sans compter que, vu ce qu'ils ont fait subir à leurs bonnes femmes compagnes, en gros, c'est des sales cons.

Pas le meilleur endroit pour se recaser…

Elle s'est inscrite sur un truc qu'elle prenait au début pour un réseau social, et qui s'est avéré être en fait un site de rencontres (voire de cul), mais elle s'est vite rendu compte qu'elle avait beaucoup plus de rencards depuis qu'elle avait remplacé sa vraie photo par celle d'une espèce de Pin-up voilée aux yeux de braise… plus de rencards, mais, ça conclue pas vraiment…

Depuis, elle promène sur le monde un regard un peu lointain, comme si elle regardait par la fenêtre un paysage pas forcément inaccessible, mais où elle ne sait pas très bien où est sa place.
Le pire c'est que les autres, eux, ils ont l'air de savoir où elle est, sa place…

Elle a un peu l'impression d'être de retour sur terre après un long séjour dans un genre de Soyouz, et là, elle ose pas vraiment ouvrir la porte… mais ça peut pas durer comme ça, va falloir faire quelque chose…


Vous connaissez cette personne ? Vous disposez de renseignements complémentaires, d'informations inédites, d'anecdotes n'hésitez pas à nous en faire part dans les commentaires (pas d'attaques nominales, de calomnies ou de diffamation s'il vous plait).

Tous les amis imaginaires en un click !
La page officielle des amis imaginaires
Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...