dimanche 21 mars 2010

Les possédés d'Agadir

Comme me le précisait Éric LeBraz, talentueux rédac'chef de l'exceptionnel hebdomadaire marocain entièrement en papier Actuel dans lequel j'offre à tes regards, fidèle lecteur, quelques modestes images illustrant les turpitudes de nos contemporains dans la rubrique "fait divers" : "Ce coup-ci, c'est du lourd" (la semaine prochaine : il meurt d'asphyxie en lisant un shtonk-post à haute voix !).

La semaine dernière donc –je suis un peu à la bourre sur la mise en ligne du fait de ma participation à la saison de rugby– Nabil Maleki, journaliste ès faits divers, nous narrait les mésaventures de quelques fqihs du côté d'Agadir. Le fqih, les fidèles lecteurs  s'en souviennent encore, est un personnage de la société marocaine qui fait des apparitions récurrentes dans ce blog, et dont une des spécialités est l'exorcisme et l'occultisme en général, l'autre étant d'avoir un nom imprononçable pour les non arabophones.
Mais ce coup-ci, variante intéressante, c'est comme victime que ses aventures sont chroniquées, si j'ose dire.
En effet, appelé pour régler une affaire de possession des plus ordinaires, notre ami Hadj Abdellah va rapidement se trouver séquestré par une bande de malfaisants, qui n'hésitera pas à le dépouiller de ses possessions et ira jusqu'à lui faire subir les outrages les plus infamants pour lui soutirer ses économies. Ce qu'on appelle se faire posséder…

Si, comme d'habitude, fidèle lecteur, tu voulais connaître les détails de cette affligeante histoire, il est inutile ce coup-ci de courir chez ton marchand d'information car cette illustration n'est plus disponible dans les kiosques, étant parues dans le numéro 38 de ton hebdo favori (du 13 au 19 mars 2010).
Comme d'habitude, on me fera remarquer que l'on ne comprend rien à l'histoire en n'en ayant que ce petit résumé et une image par forcément explicite. Comme d'habitude, je répondrai que mon illustration n'a pas pour but de raconter l'histoire mais de donner envie de la lire, puisque la mise en page du magazine en fait une sorte d'équivalent du titre. Et pour m'expliquer, je te montre ici à quoi sa présentation ressemble.
D'une manière assez étonnante, en discutant avec quelques camarades lecteurs de ce blog ET lecteurs du magazine en papier, je me suis rendu compte qu'ils ne reconnaissaient pas l'image quand elle changeait de support. C'est à dire qu'ayant le journal sous les yeux, ils ne remarquaient pas qu'ils avaient déjà vu l'illustration ici même, et vice versa, bien entendu.

Bien entendu, je suis bien conscient que la présentation en résolution moyenne, à une taille réduite et sur un écran dont je te laisse le soin d'effectuer les réglages, fidèle lecteur, entraine une perception différente de la même image en version papier ; mais je ne pensais pas que ce fut à ce point !

Et c'est pourquoi, je t'offre en bonus quelques exemples de choses que nous avons déjà évoqué par le passé, ici,





ou ailleurs








…et en musique ! bien sur…
Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...